LA FILATURE DE SOIE

La soie filée

Le filage ou l’ébranlage de la soie consiste en le démêlage simultané de plusieurs cocons, de sorte que leurs bavures jointes aboutissent à un seul fil d'une telle consistance qu'il peut être utilisé.

En fait, la « bavella » ou bavure d'un seul cocon est d'une telle finesse qu'elle ne trouve aucune utilité à elle seule.

Étant donné que la finesse moyenne de la seule bavure est d'environ 2,5 / 3,0 deniers et que le brut le plus fin qui est produit est 9/11 deniers, au moins 3/4 cocons doivent être filés à la fois. Pour des titrages plus élevés, un nombre proportionnellement plus grand de cocons sera filé.

OPÉRATIONS PRÉLIMINAIRES

peeling

des cocoons

Le peeling des cocons est un décapage qui consiste à retirer la bourre qui entoure chaque cocon, et il est réalisé avant le tri avec des machines de décapage spéciales.

tri

des cocoons

C'est la première des opérations préliminaires de filature et sert à diviser les cocons déjà séchés en différentes catégories, qui doivent être aussi homogènes que possible en termes de qualité.

La sélection se fait à la main en versant les cocons à trier sur des tables spéciales à bords bas, autour desquelles s'assoient les ouvriers impliqués dans ce travail. De plus, avec le tri et le décorticage, tous les déchets de cocons sont éliminés : petits, tachés, écrasés, mal formés, doubles, calcinés, moisis, rouille etc.

Ébullition et macération

des cocons secs

Cette opération précède le Brossage/balayage et sert à ramollir les vêtements de l'écorce soyeuse du cocon et à permettre à l'eau de pénétrer à l'intérieur, de sorte que l'action des brosses pour rechercher l'extrémité du fil dans le balayage n'a pas à être trop long, pour que ce soit enfin possible de démêler le bavoir soyeux.

Tout d'abord, les cocons secs sont placés dans un autoclave à l'intérieur duquel un vide est créé pour permettre à l'eau de pénétrer plus facilement à l'intérieur. À ce stade, les cocons remplis d'eau sont placés dans des paniers spéciaux en maille d'acier inoxydable où, traînés par un support, ils parcourent tout le chemin d'immersion dans le chemin de macération. La difficulté de bien réaliser cette étape consiste avant tout à doser les températures de l'eau et la durée de l'opération de manière à ramollir uniformément la séricine tant dans les premières couches que dans les couches sous-jacentes de l'écorce, en tenant toujours compte des caractéristiques spécifiques du lot de cocons en cours de traitement.

Brossage

des cocons

Il est utilisé pour la recherche de la tête du fil et est effectué dans le "batteur".

Les cocons préalablement bouillis sont versés dans une cuve remplie d'eau portée à température au moyen de vapeur. Dans un coin de la baignoire, il y a des brosses rotatives à sorgho. Avec le mouvement de rotation des brosses, qui sont abaissées en tournant dans l'eau, les extrémités de fil des cocons sont collectées de sorte que la balayeuse les peut charger dans les bassins qui courent autour des cuves de filage.

filature

formation du fil

brut

Les extrémités des cocons balayés, avec les bavures purgées, chargées dans les bassins sont rassemblées en grappes pour être facilement attachées à un grappin rotatif situé près du bord des bassins. La fileuse prend maintenant simplement un nombre de bavures suffisant pour former un fil brut du titre souhaité, les assemble et les fait passer à travers le trou de la fileuse et de l'hélice de fixation des bavures. Après avoir fait glisser le fil sur les rouleaux pour former la « torta » (faux-torsion), le fil démarre sur la bobine de collecte.

Une fois le filage commencé, il est nécessaire d'alimenter en continu la rose des cocons (c'est le nom du groupe de cocons déroulés sous la filière) au fur et à mesure qu'ils s'épuisent ou se détachent à cause de la rupture de leur bave. Ceci est géré par un capteur mécanique qui active le levier qui propose une nouvelle extrémité de fil à la fixation automatique de la balle lorsque le nombre de fils est abaissé. De plus, afin de garder le titrage du fil régulière, la fileuse, selon la composition de la rose des cocons, favorisera l'insertion dans le fil d'un nouveau cocon ou le plus fin d'un cocon déjà partiellement déroulé; c'est-à-dire qu'il tournera avec de nouveaux cocons ou avec des cocons mélangés. Les titres les plus courants pour le soies grèges sont 13/15 et 20/22 denier; le premier est généralement obtenu avec 2 nouveaux et 3 mixtes, le second avec 4 nouveaux et 5 mixtes.

La régulation de la température de l'eau est un facteur très important pour les effets sur la matière première, car une température trop élevée amène l'eau à acquérir un pouvoir solvant excessif et par conséquent il y a une matière première peu claire, au contraire une température de l'eau basse ne permet pas un soudage parfait des baves et on obtient par conséquent une soie à faible cohésion.

faux-torsion - le "torta"

La faux-torsion (« torta ») ou tortilla consiste en une disposition particulière du fil grège : il est réalisé en croisant plusieurs fois le fil de soie se formant entre deux rouleaux de la fileuse, dans le tronçon de fil qui v  à la bobine.

Les fonctions du gâteau sont nombreuses : il sert tout d'abord à éliminer l'essentiel de l’humidité du fil. En effet, le fil brut qui sort de la filière est imprégné d'une quantité d'eau égale à son poids en fibres et en perd environ 2/3 sous l'effet du gâteau.

Le gâteau a également le pouvoir de souder plus étroitement les bavelles qui composent le fil grège, augmentant ainsi la cohésion sur le titrage final.

Ce caractère est particulièrement important pour les grèges destinés à certains usages, comme l’ourdissage des fils parallèles.

Enfin, le gâteau effectue une action de nettoyage sur le fil, permettant d'éliminer de nombreux défauts présents sur ls singles bavure en permettant, la plupart du temps, que l'ouvrier puisse éliminer la section de fil défectueuse.

Après avoir traversé le gâteau, le fil grège en sort donc plus sec, mieux soudé et plus propre.

Collecte du fil

grège

Après avoir traversé les hélices du gâteau, le fil part du dernier carreau jusqu'à la bobine en plastique où il s'enroule formant une bobine qui sera ensuite démêlée dans un devdoir.

mise en écheveaux

du fil brut

Avant de la mise en écheveaux, les bobines de soie déchargées de la machine à filer sont réhydratées au moyen d'un autoclave, cette opération est nécessaire pour ramener la séricine à l'état semi-fluide et faciliter le déroulement du fil de soie.

Les bobines sont alors positionnées au fond juste au-dessus d'un récipient d'eau et maintenues humides par immersion occasionnelle dans l'eau contenue dans le bassin.

L'opération de mise en écheveaux a lieu à l'intérieur de caissons chauffés à une température d'environ 40 ° au moyen des conduites de vapeur qui alimentent généralement l'ensemble du processus de production de la filature.

La bobine de collecte est composé de six nervures ou cornes en bois, espacées de 60 ° l'une de l'autre et reliées à l'axe de rotation par deux systèmes de rayons. Une paire de ces rayons peut être raccourcie au moyen d'écrous à ailettes, afin de pouvoir retirer facilement les écheveaux une fois qu'ils ont atteint le poids souhaité.

Le périmètre des planches est généralement de 150 cm.

emballage

des écheveaux

Les écheveaux retirés des bobines sont emmenés dans une pièce spéciale appelée « salle de la soie », où ils sont d'abord soigneusement brossés pour éliminer les défauts de filage plus grossiers, puis pantimés, pliés et emballés.

La ligature appelé « Pantimatura » consiste à faire passer un fil à travers l'écheveau, en traversant les extrémités quatre fois afin de diviser sa largeur en cinq parties presque égales. Cette opération a pour but de maintenir les fils d'écheveaux en place et d'assurer ainsi un démêlage aisé. Les pantymes sont 4/5 et peuvent être marqués avec des fils blancs ou colorés pour distinguer les nombres de fils. Les deux extrémités de fil de l'écheveau sont liées à un dernier pantim latéral unique. Pour les pantymes, on utilise généralement un fil de coton ou même des déchets de soie, qui doivent se casser facilement avec les mains.

Les écheveaux « pantimées » sont pliés à la main ou au moyen d'un dispositif à main appelé tourniquet.

Après quoi, ils sont d'abord conditionnés en paquets d'environ 5 kg, composés de 24 à 28 écheveaux chacun, puis en cartons de 30 kg. Ou en ballots de 60 kg de toile de coton lourde qui seront à leur tour emballés dans des sacoches de paille tissée.

lots

pour l'exportation

La soie produite est classiquement divisée en lots de 600 kg chaque. Chaque lot, pour être exporté, doit être testé par un organisme gouvernemental, présent dans toutes les régions chinoises, qui délivre le « Certificat de classification de la soie brute et du poids conditionné ». La régularité de la couleur, le pourcentage d'humidité (conventionnellement 11%) et la qualité du fil sont vérifiés pour chaque lot. Pour cette raison, des échantillons d'écheveaux sont prélevés en quantité limité, qui sont ensuite utilisés pour être testés dans les laboratoires des organismes responsables. A la fin les lots sont classés en fonction des résultats obtenus et ils reçoivent un score sur la base d'une échelle pouvant aller jusqu'à 6A pour les meilleures qualités. Malheureusement, la méthode de classification chinoise n'est pas très fiable compte tenu de la quantité minimale de soie testée (quelques grammes pour 600 Kg.) Et de l'évaluation faite de manière subjective au moyen de planches seriplane ou de tableaux noirs.

conclusion

Il est donc nécessaire de sélectionner et de reclasser soigneusement les lots, au moyen de KEISOKKI CLASSIFAULT, afin d'avoir un contrôle qualité plus précis afin de satisfaire les demandes de plus en plus strictes des opérateurs textiles. À cet égard, voir la partie relative au processus de production de la Torcitura di Dolzago.

QUI NOUS SOMMES

Entreprise spécialisée dans la transformation des fils de soie

Contacts

Via Castello, 27/29
23843 Dolzago LC

TEL: (+39) 0341 451 320

FAX: (+39) 0341 451 404

info@torcituradidolzago.it